Pourquoi les chats sont-ils attirés par des gens qui les détestent?

Souvent, quand un chat entre dans une pièce où plusieurs personnes parlent, il va droit sur celle qui éprouve une peur anormale des félins. Sous ses yeux horrifiés, le petit animal se frotte à ses jambes et bondit parfois sur ses genoux.

Pourquoi ce comportement ?

Certains ne manqueront pas d’y voir la confirmation d’une croyance ancienne, selon laquelle il y a quelque chose de fondamentalement maléfique chez le félin. C’est exprès que l’animal choisit celui qui souffre d’une phobie des chats — pour le mettre dans une situation pénible, bien entendu. Mais cette sorte de superstition romantique est superflue. Il y a une explication beaucoup plus simple au comportement du chat.

Quand le chat pénètre dans la pièce, un coup d’œil circulaire lui montre plusieurs personnes qui le regardent fixement. Ce sont les amis des chats, qui le couvent d’un regard affectueux. Or, en termes félins, qui vous fixe vous menace. On dit parfois aux enfants bien élevés : « C’est malpoli de fixer quelqu’un. » Mais les amateurs de chats oublient souvent cette règle du savoir-vivre quand ils voient approcher un félin. Au lieu de poser sur lui un regard discret, ce qui serait pardonnable, ils regardent fixement l’animal, qui se sent mal à l’aise. Le seul à ne pas braquer les yeux sur lui est celui qui déteste les chats.

Il détourne les yeux, immobile, espérant se faire oublier de l’animal redouté. Or, justement, ce comportement a l’effet inverse. Le chat, en quête d’un giron accueillant où se lover, se dirige tout droit vers ce compagnon idéal, qui ne bouge pas, n’agite pas les mains, ne parle pas trop fort et, surtout, ne le regarde pas. Notre félin est simplement séduit par ce langage du corps non intimidant pour lui.

Le secret, pour qui a la phobie des chats et veut garder ses distances, est de se pencher vers l’animal en le fixant droit dans les yeux et d’agiter les mains, en invitant le chat d’une voix perçante à venir s’installer sur ses genoux. Cette personne obtiendra, à coup sûr, l’effet inverse, et pourra ensuite respirer à l’aise sans avoir l’impression d’avoir commis un impair à l’égard de l’animal préféré de son hôte.

PARTAGER