Origines des plantes de balcon

Mises à part les espèces cultivées en appartement pouvant être placées à l’air ‘libre pendant la belle saison, les indications données dans cet article s’appliquent indistinctement aux plantes de balcon et de terrasse, du fait qu’elles proviennent toutes deux d’espèces cultivées normalement en plein air. Notons que la plupart de ces indications valent également pour les plantes cultivées en appartement.

Provenance

Tout comme les plantes de plein air, les plantes de balcon et de terrasse sont représentées par de nombreuses espèces indigènes et un certain nombre d’espèces définitivement acclimatées provenant de régions à climat tempéré, océanique ou méditerranéen, ou à climat de montagne.

Caractères particuliers

Les plantes de balcon et de terrasse présentent des caractères généraux permettant de les identifier sur le plan de la description botanique.  Parmi ces caractères — auxquels s’ajoute le terme « espèce » qui, dans le langage courant, s’identifie au terme botanique « genre (par exemple : le genre Coreopsis) les plus marquants sont les suivants

Variété

On groupe sous ce nom un ensemble de plantes qui diffèrent, soit de l’espèce type s’identifiant au genre, soit d’une des espèces botaniques faisant partie d’un genre donné (par exemple : Coreopsis tinctoria), par des caractères particuliers en plus ou moins grand nombre, dès qu’ils sont suffisamment accentués.

Il peut s’agir du port de la plante (érigé, sarmenteux…), de la hauteur des sujets (nains, demi-nains, élevés…), de la forme et de la couleur des feuilles, de l’aspect et du coloris des fleurs et du nombre des organes floraux (fleurs simples, doubles…), etc.

C’est ainsi que le Coreopsis tinctoria comporte une variété « nana » de forme naine et à fleurs jaune purpurin à la base, alors que la plante type a une forme élevée et des fleurs jaunes, à disque brun mordoré.

Dans la plupart des espèces, les variétés peuvent être reproduites par semis. Conformément aux dispositions d’une convention internationale, le terme « variété est remplacé aujourd’hui par celui de cultivar » lorsqu’il s’agit de variétés horticoles, c’est-à-dire de variétés qui ne sont pas apparues spontanément.

Dans les cas de l’espèce, le terme « clone » est, par ailleurs, utilisé lorsque le « cultivar » se reproduit par multiplication asexuée — encore appelée multiplication végétative c’est-à-dire autrement que par le semis. Le « clone » se définit comme étant l’ensemble de tous les individus issus d’une autre voie que celle du semis (bouturage, marcottage, greffage…), d’un sujet unique provenant d’un « cultivar ».

Race

On désigne ainsi un ensemble de variétés présentant des caractères communs, le plus souvent très généraux et de nature assez diverse. Ces caractères concernent la hauteur des sujets, ‘l’époque de la floraison, la résistance aux maladies, etc.

La race peut comporter un certain nombre de variétés ne se distinguant que par un seul caractère le coloris, le plus souvent. C’est ainsi que le Lathyrus odoratus (pois de senteur) comporte une race « Spencer » présentant des variétés de coloris allant du blanc au bleu, en passant par le rose, le saumon, le rouge, l’orange et le bleu lavande.

PARTAGER