Les reptiles

Les serpents sont-ils visqueux ?

Malgré une croyance persistante, les serpents et les autres reptiles sont couverts d’écailles et secs au toucher. Ces écailles, excroissances de la peau, recouvrent le corps entier de l’animal.

Presque invisibles chez quelques espèces, elles forment chez la plupart une enveloppe ayant l’aspect d’une mosaïque. Les tortues ont des écailles durcies et soudées en une carapace rigide, mais l’épaisse armure des crocodiles est plus souple.

Les écailles protègent contre les prédateurs, contribuent à préserver l’humidité du corps, mais peuvent avoir d’autres fonctions. Ainsi, certains lézards possèdent une collerette, une crête ou un éventail d’écailles, qu’ils hérissent pour effrayer l’ennemi ou faire leur cour. Les geckos peuvent marcher sur un plafond grâce aux écailles spécialisées de leurs pieds ; de même, certains lézards des déserts ont les pattes munies d’écailles frangées, qui leur permettent de courir sur le sable.

Quel est le plus grand reptile ?

Les plus grands animaux terrestres qui aient jamais existé, les dinosaures, étaient des reptiles, mais les espèces actuelles sont loin d’approcher la taille de ces monstres. La palme revient aujourd’hui aux crocodiles et à des serpents : le crocodile de Madagascar et le gavial aux longues mâchoires de l’Inde atteignent en effet 6 m de long, mais des serpents, comme le python et l’anaconda, peuvent avoir une longueur supérieure (9 m).  Le plus grand des serpents venimeux, le redoutable cobra royal d’Asie tropicale, peut dépasser 5 m. Le plus grand des lézards, s’attaquant à des proies de la taille d’un porc, est le varan de Komodo, en Indonésie: il mesure plus de 3,50 m. Enfin, la tortue-luth, qui nage à 30 km/h, pèse parfois près de 600 kg.

Qu’est-ce qu’un animal «à sang froid» ?

A la différence des oiseaux et des mammifères, les reptiles sont des animaux «à sang froid», car ils ne peuvent maintenir leur température interne à un niveau constant. Elle varie avec celle de l’environnement ; c’est pourquoi, au-dessous de 18°C, la plupart s’engourdissent et, au-dessus de 52 °C, ils succombent à la chaleur. Toutefois, grâce à un comportement approprié, les reptiles peuvent dans une certaine mesure régulariser leur température.

Le matin, ils prennent un bain de soleil sur un rocher et, au plus fort de la chaleur, ils se dressent sur leurs pattes pour que l’air les rafraîchisse, cherchent un abri ou même se rafraîchissent en haletant.

L’instabilité de leur température interne leur fait économiser l’énergie. On a en effet calculé qu’un lapin de 1 kg, qui utilise 80 % de son énergie pour maintenir sa température interne, doit manger davantage qu’un iguane pesant dix fois plus.

Comment les serpents peuvent-ils se passer de pattes ?

Si l’on observe un serpent, on s’aperçoit que l’absence de pattes lui permet de faire des choses impossibles autrement, par exemple s’insinuer dans des trous et des fissures, se déplacer en terrain accidenté ou se glisser dans les fourrés. Pour aller vite, il décrit des S, mais il peut aussi se mouvoir en ligne droite en prenant appui sur les écailles de sa face ventrale et en avançant le corps progressivement.

Pourquoi arrive-t-il qu’un lézard perde sa queue ?

Pour la plupart des lézards, la queue est un gouvernail qui les aide à changer rapidement de direction ; elle sert aussi de contrepoids à ceux qui courent sur leurs pattes postérieures. Avec cet appendice, les caméléons s’accrochent aux branches, et chez certains lézards désertiques la queue armée de piquants sert de massue pour écarter les prédateurs. Enfin le monstre de Gila y stocke de la graisse.

Un lézard a parfois intérêt à perdre sa queue. Si un rapace ou un autre prédateur la saisit (elle est souvent vivement colorée ou agitée), elle se brise, et le lézard peut se sauver. Le tronçon détaché continue à se tortiller et détourne l’attention de l’assaillant. Une nouvelle queue repoussera au bout d’un mois ou deux.

Les serpents pondent-ils des œufs ?

La coque dure d’un œuf de reptile protège l’embryon contre la dessiccation, tout en laissant passer l’oxygène.

La membrane, irriguée de capillaires sanguins qui la double intérieurement, fonctionne comme un poumon et empêche les pertes de liquide amniotique. Le blanc de l’œuf amortit les chocs, isole l’embryon des brusques variations de température et stocke ses déchets, tandis que le jaune sert de réserve alimentaire pour le jeune reptile durant sa croissance.

Malgré tous ces avantages, bon nombre d’espèces sont vivipares. Les tortues marines et beaucoup d’autres reptiles aquatiques quittent la mer pour venir pondre à terre, mais leurs œufs et les jeunes (parfois même les adultes) sont vulnérables aux prédateurs terrestres. Au contraire les serpents marins donnent naissance à leurs petits dans l’océan, évitant ainsi les dangers d’un voyage à terre. Sont également vivipares les lézards et serpents des régions les plus septentrionales, par exemple la vipère péliade en Europe.

Quels sont les reptiles les plus attentifs à leur progéniture ?

La plupart des reptiles se contentent de pondre leurs œufs dans un endroit favorable au développement des jeunes, mais les crocodiliens – crocodiles  alligators, caïmans et gavials — font exception. Chez eux, la femelle les dépose dans un trou qu’elle a creusé ou sous un amas de terre et de feuilles pourries, après quoi elle monte la garde pendant toute l’incubation et les retourne très régulièrement pour les maintenir à température et humidité égales.  A l’éclosion, elle perçoit les appels ténus des jeunes, les aide à sortir de terre et, chez quelques espèces, les transporte jusqu’à l’eau. Certaines espèces ont des garderies, où les jeunes sont surveillés pendant plusieurs
mois, et les mâles contribuent parfois aux soins donnés à la progéniture.

Comment distingue-t-on les alligators des crocodiles ?

Les membres de ces deux groupes ont un aspect et un comportement très voisins. Les vrais crocodiles vivent dans les régions tropicales et, sur quelques 10 espèces, la plupart ont un museau pointu. En revanche, les alligators, qui existent seulement dans le sud-est des États-Unis et en Chine, ont le museau plus large et plus arrondi. Un crocodile paraît plus féroce qu’un alligator, parce que ses dents, généralement plus grandes, sont visibles en plus grand nombre quand ses mâchoires sont fermées.

PARTAGER