Les animaux familiers

Tout près de nous, dans notre maison ou notre appartement vivent de petits animaux qui, pour la plupart, nous dérangent, soit qu’ils s’attaquent à nos provisions ou à nos vêtements, soit qu’ils s’installent là où nous voudrions que tout soit bien net.

La mouche

La Mouche domestique (c’est-à-dire « qui vit dans la maison ») résiste à tous les moyens employés pour la détruire. Elle se reproduit à une vitesse extraordinaire car il y a jusqu’à 8 générations par an et la femelle pond de 600 à 1 000 œufs déposés en paquets de 100 à 200 au moins sur des matières organiques, viande, fromage avancé, etc. Au bout de deux jours les larves (asticots) éclosent et pendant une semaine environ, grandissent jusqu’à la nymphose qui a lieu dans la terre et dure jusqu’à trois semaines.

L’insecte sorti des nymphes (ou pupes) vit 2 à 4 semaines en été, mais plus longtemps en hiver. La Mouche se nourrit à l’aide de ses mandibules transformées en trompe aspirante et elle absorbe toutes sortes de substances liquides ou humides : lait, confiture, sirop, sueur. Passant de l’une à l’autre, elle transmet des microbes parfois dangereux.

C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de lutter contre elle. La Mouche, qui ne pèse que quelques milligrammes, vole habilement, ses deux ailes battant 200 fois par seconde. Elle se déplace aisément sur des surfaces verticales apparemment aussi lisses qu’une vitre ou un plafond, car l’extrémité de ses pattes est couverte de poils minuscules qui jouent le rôle de ventouses et lui permettent de profiter d’aspérités microscopiques.

La mite

Un autre petit insecte désagréable, la Mite (Envergure : 12-16 mm) mène une vie plus cachée. On voit bien, surtout en été, de petits papillons voleter dans la maison, mais les métamorphoses échappent souvent à nos regards. La Mite fait partie d’une famille qui compte environ 2 000 espèces dans le monde.  Les unes mangent des poils (par exemple la laine du mouton), d’autres la corne, les graines, les lichens, le liège ou les plumes. La femelle pond 60 à 100 œufs d’où sortent de petites chenilles qui rongent le matériau sur lequel elles se trouvent. L’ensemble des métamorphoses dure de 4 à 12 mois. Les ennemis de la Mite sont la lumière, le froid et les dérangements.

L’araignée

Une araignée, la Tégénaire (Longueur 1-1,4 cm) tend sa toile dans l’angle des murs des pièces peu éclairées et des caves. Puis elle attend le passage d’un insecte, mais peut jeûner longtemps car les proies sont rares. Les araignées tissent leur toile avec la soie produite par des glandes situées dans leur abdomen et tuent leurs victimes avec un venin.

L’hirondelle

Sous nos balcons, dans l’angle des fenêtres que l’on ouvre rarement ou sous le rebord des toits, vit un ennemi de la Mouche, l’Hirondelle de fenêtre, oiseau migrateur qui passe l’hiver en Afrique au sud du Sahara et revient au mois d’avril en Europe (Longueur : 13 cm. Poids 20 g. Envergure : 27 cm). Elle bâtit son nid avec des boulettes de terre humide qu’elle ramasse avec le bec au bord des flaques ou des cours d’eau. Le mâle et la femelle participent à ce travail qui dure une dizaine de jours. Le résultat de leurs efforts est un quart de sphère communiquant avec l’extérieur par un trou placé tout près du « plafond ».

A l’intérieur, les Hirondelles placent des herbes sèches et de nombreuses plumes. Les 4 ou 5 œufs blancs pondus en mai ou juin éclosent au bout de 12 à 15 jours et dès que les petits sont nés, les parents font la navette (8 à 50 fois par heure selon la taille et le nombre des oisillons) pour leur apporter la becquée.  Les hirondeaux s’envolent à l’âge de 20 jours. L’Hirondelle de fenêtre capture tous les petits animaux qui se déplacent dans l’air ou sont entraînés par le vent : mouches, moustiques, pucerons, éphémères, chironomes. Elle en accumule des dizaines (jusqu’à 380) dans son gosier avant de les apporter à ses petits, Au mois d’août, les Hirondelles s’assemblent sur les fils télégraphiques et partent progressivement.

PARTAGER