Les animaux du jardin

Les papillons

Plusieurs papillons visitent le jardin au printemps et en été : la Piéride du chou (Envergure : 65 mm), toute blanche, le Paon de jour (Envergure : 55 mm), dont les ailes postérieures sont ornées d’un ocelle (tache en forme d’oeil) et la Petite Tortue (Envergure : 47 mm), qui se réfugie parfois dans les maisons pour y passer l’hiver.

Les chenilles

La chenille de la Piéride dévore les feuilles de choux, celles des deux autres espèces se nourrissent des feuilles d’ortie. Les Pucerons verts ou noirs enfoncent leur petite trompe appelée rostre dans les tiges pour aspirer la sève des plantes. Plusieurs espèces de Coccinelles (Longueur : 3,5 à 8 mm) et leurs larves mangent les Pucerons en quantité. Certaines coccinelles sont rouges avec deux points noirs, d’autres ont sept taches foncées et il y en a des jaunes. Ces petits coléoptères émettent un liquide jaune, odorant, quand on les inquiète; c’est en fait leur sang qui sort par une articulation des pattes.

Les limaces

Les salades et les feuilles d’autres légumes sont rongées par des Limaces. Les plus petites, appelées Loches (Longueur : 4-5 cm) sont grises ou beiges. Les plus grandes (Longueur : 12-15 cm) marbrées de noir ou noir et gris, atteignent les mêmes dimensions que les grosses limaces rouges si fréquentes en forêt. Les limaces sont des mollusques comme les escargots, mais chez elles la coquille est minuscule, mince et recouverte par une partie du corps appelée manteau. Leurs yeux se trouvent à l’extrémité de deux petits tentacules rétractables. Les Limaces se déplacent sur la terre ou les plantes en faisant onduler leur « pied » musclé enduit d’une couche de mucus, liquide gluant qui laisse une trace brillante en séchant. Elles râpent les feuilles avec leur langue munie de très nombreuses aspérités minuscules. Elles respirent au moyen d’un poumon qui communique avec l’extérieur par une grande ouverture bien visible sur le côté du corps.

Les merles

Le Merle noir (Longueur : 25 cm. Poids : 100 g. Envergure : 38 cm) est très commun dans les jardins, mais se montre plus craintif que le Moineau domestique. Le mâle est tout noir, la femelle et les jeunes sont bruns avec des taches roussâtres sur la poitrine. En plein hiver, dès le mois de janvier, le mâle commence à chanter, perché sur un arbre ou un mur, et se fait entendre jusqu’en juillet, au moins à l’aube, car en mars et en avril, l’élevage de sa première nichée lui laisse peu de temps libre. Le nid du Merle, bien caché, est fait d’une paroi de mousse et d’herbes sèches renforcée intérieurement par une coupe de terre, elle-même garnie d’herbes sèches. Les 4 à 6 œufs vert clair pointillés de marron sont couvés par la femelle.

Le Merle mange des fruits, des insectes, de petits escargots et beaucoup de vers de terre qu’il tire de leur trou. Les Lombrics ou vers de terre (Longueur : 10-30 cm) dont il existe de nombreuses espèces, sont très communs dans la terre des jardins, des champs et des prairies. Ils viennent régulièrement à la surface au cours des nuits humides pour récolter des morceaux de feuilles mortes qu’ils entraînent dans leur terrier.

Les lombrics

Le corps du Lombric terrestre, l’un des plus répandus, comprend de 110 à 180 segments ou anneaux musclés, que l’animal étire et contracte successivement pour avancer. Les vers de terre jouent un rôle très important car ils aèrent le sol en creusant des tunnels et l’enrichissent avec des débris végétaux. Les tortillons qu’ils rejettent à la surface sont des excréments. Les Lombrics sont hermaphrodites, c’est-à-dire que chacun est à la fois mâle et femelle, mais il faut que deux individus se rencontrent pour que l’accouplement puisse avoir lieu. De chaque œuf ou cocon sort un seul jeune ver. Si un Lombric est coupé en deux d’un coup de bêche, la partie antérieure du corps difficile à distinguer sans une forte loupe, peut régénérer le reste du corps. En captivité, le Lombric vit jusqu’à six ans, mais on ignore combien de temps il vit dans la nature.

PARTAGER