Les animaux des eaux dormantes

Les animaux de petite taille fourmillent dans les eaux douces des étangs. Les plus visibles sont évidemment les insectes et les mollusques, (sans parler de très nombreux petits crustacés comme les gammares et les daphnies), mais les plus abondants appartiennent au groupe des « microbes » et on ne peut les voir qu’avec une loupe ou un microscope.

La Paramécie

Parmi ces derniers, la Paramécie fait figure de géante puisqu’elle atteint 1/5e de millimètre de long et qu’on peut la voir à l’œil nu en versant de l’eau dans un petit récipient. C’est le premier Protozoaire à avoir été découvert (en 1675). La Paramécie possède sur tout le corps de nombreux cils (10 000 à 15 000 !) semblables à des poils minuscules. Elle les agite pour avancer à la vitesse de 2 ou 2,5 mm/seconde, quand la température est voisine de 20°C. Ce petit animal, formé d’une unique cellule, n’a ni squelette, ni yeux; il n’a pas davantage de cœur ou de poumon mais possède une bouche. La Paramécie avale des Bactéries (algues microscopiques) et d’autres Protozoaires plus petits qu’elle. La digestion se fait dans un sac spécial appelé vacuole.

La Sangsue

Plusieurs espèces de vers fréquentent l’eau ou la vase des étangs. Certains parasitent les poissons, les grenouilles, d’autres les oiseaux, les insectes, les crustacés et les mollusques. Les plus connus sont les sangsues, dont le corps annelé, nu et extensible, porte une ou deux ventouses avec lesquelles elles se fixent sur l’hôte (animal parasité). La Sangsue médicinale (Longueur : 8-12 cm) perfore la peau des poissons avec ses mâchoires garnies d’une centaine de dents pointues et aspire le sang pour s’en nourrir. Devenue adulte, elle boit celui des mammifères. Elle en absorbe jusqu’à 10 cm3 et peut ensuite jeûner pendant plus d’un an. Plusieurs mollusques d’eau douce habitent les mares et les étangs.

La Limnée

Les Limnées (6 à 60 mm selon l’espèce), ressemblant à des escargots brun foncé, rampent sur les feuilles et les tiges submergées ou au fond. Elles mangent des morceaux de plantes aquatiques et certaines se repaissent aussi de cadavres d’animaux.

La Planorbe

Les Planorbes, qui sont herbivores, ont une coquille (Longueur : 6-20 mm) enroulée, mais plate. Les plus gros mollusques d’eau douce appartiennent au groupe des Bivalves. Leur coquille est formée, comme celle des moules et des huîtres, de 2 valves reliées par une charnière, qui peuvent s’écarter ou se rapprocher sous l’action de muscles puissants.

L’Anodonte

L’Anodonte des cygnes Longueur : 10 à 20 cm) vit sur les fonds (Longueur : vaseux, L’intérieur de sa coquille est nacré; l’extérieur porte des lignes concentriques correspondant aux périodes de croissance.  L’Anodonte peut vivre plusieurs dizaines d’années. La femelle pond jusqu’à 300 000 œufs par an. Elle les garde entre ses valves et les larves qui en sortent se fixent sur le corps des poissons pendant 2 à 10 semaines avant de mener une existence indépendante. L’Anodonte se déplace dans la vase où elle trace des sillons. Elle n’a guère d’ennemis, sinon parfois le Rat musqué qui ronge sa coquille pour dévorer sa chair.

Le Moustique

Les Moustiques (Longueur : 5 à 6 mm. Poids : 2,7 mg) pondent à la surface de l’eau. Leurs œufs s’agglomèrent en petits radeaux de 3 000 œufs environ, qui se dissocient à l’éclosion. Les larves et les nymphes de Moustiques vivent aussi dans l’eau. Les femelles adultes piquent les mammifères et les oiseaux pour aspirer leur sang.

A la surface des mares, des étangs et des rivières glissent des insectes aux grandes pattes, les Gerris (Longueur : 9 mm) qui appartiennent au même groupe que les punaises. Ils n’utilisent que leurs deuxième et troisième paires de pattes pour avancer sans enfoncer. A l’endroit où l’extrémité de leurs membres s’appuie sur le liquide, celui-ci est légèrement creusé car le poids de l’insecte est si faible que la couche superficielle n’est pas percée.

PARTAGER